la cordonnerie
Slogan du site

Site de Jean-Louis Cordonnier. Vous y trouverez de nombreuses préparation de cours et de Travaux pratiques pour les Sciences de la vie et de la Terre en lycée, ainsi que des textes pédagogiques. N’hésitez pas à me me laisser un petit mot (onglet contact)

Lycée bloqué
Les nombreux élèves opposés à la loi Pequeresse bloquent le lycée.
Article mis en ligne le 27 novembre 2007
dernière modification le 29 novembre 2007

par Jean-Louis
Imprimer logo imprimer

Ça bloque à l’université, ça bouchonne dans les lycées

Source ; L’indépendant du 27/11/2007

Depuis vendredi dernier, une frange de lycéens a rejoint le mouvement étudiant entamé à la fin du mois d’octobre pour protester contre la loi d’autonomie des universités. Etat des lieux.

Ce n’est pas bien méchant" . « Ils ne sont pas agressifs du tout, ils cherchent plutôt le dialogue ». « Ils se sentent concernés parce que demain, ce seront eux les étudiants, c’est tout... » Hier, les proviseurs des lycées du département concernés par un éventuel suivisme de leurs élèves au mouvement de protestation étudiant se voulaient plutôt rassurants. Au lycée Arago, par exemple, qui le premier avait enregistré des perturbations jeudi dernier, ce matin, c’était vraiment « comme un lundi ». « Je sais que les élèves organisent une assemblée générale mardi matin, en dehors du lycée, pour décider de la suite, explique le proviseur, Etienne Morel, mais pour l’instant, tout est normal ».
Environ 15 %
d’absentéisme

À Maillol et Picasso, des barricades faites de poubelles - ce qui a occasionné quelques belles colères de riverains... – barraient hier matin l’accès principal de chaque bâtiment. « Nous leur avons expliqué qu’une trentaine d’élèves sur 1 860 ne pouvaient empêcher les gens de rentrer, que ce n’était pas démocratique, décrit Bernadette Aigle, proviseur de Maillol. Du coup, l’accès réservé aux pompiers, près du parc, demeure libre d’entrave ». Même constat à Picasso, dont l’entrée principale a fini par être complètement libérée l’après-midi. Dans l’un comme dans l’autre, cela peut occasionner un absentéisme allant jusqu’à 15 %. « Mais nous tenons à faire savoir aux parents, précisent de concert les deux proviseurs, que tous les professeurs sont présents et que les cours sont assurés ! » Si des blocages ont également eu lieu, notamment à Céret, d’autres lycéens ont choisi de subordonner l’accès à leur établissement à un barrage filtrant. Tel est le cas au lycée Charles Renouvier de Prades, comme à Lurçat à Perpignan.
Une manifestation
prévue aujourd’hui

Ce qui ne signifie pas que les lycéens soient démobilisés... Comme le souligne Nicolas, du comité de mobilisation. « Ils sont bien plus au courant de cette loi et de ce qu’elle entraîne qu’ils ne l’étaient au moment du CPE ! » L’université, en revanche, est toujours paralysée par le mouvement de grève entamé le 31 octobre dernier. Soutenus dans leur action notamment par la fédération syndicale unitaire FSU 66, qui fait savoir à travers un communiqué qu’elle les soutenait « dans leur détermination et les appelle à amplifier leur mouvement », les étudiants n’en font pas moins face à une colère grandissante de la part des partisans du retour en classe. S’appuyant sur la consultation électronique organisée par l’administration de l’université, l’organisation Polétudiant espère que les résultats obtenus (64,1 % en faveur de la reprise) feront pencher la balance de leur côté. « Mais, explique l’administration, il ne s’agissait que d’une consultation, et seul le vote de l’assemblée de mercredi sera décisionnel », invitant de ce fait tous les étudiants à y participer. Dans l’attente, les cours demeurent suspendus. Quoi qu’il en soit, les Perpignanais n’attendront par mercredi pour juger de la détermination étudiante : aujourd’hui, une nouvelle manifestation est prévue, partant à 14 heures de la place de Catalogne. Avec les lycéens. B. G.

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.13