la cordonnerie
Slogan du site

Site de Jean-Louis Cordonnier. Vous y trouverez de nombreuses préparation de cours et de Travaux pratiques pour les Sciences de la vie et de la Terre en lycée, ainsi que des textes pédagogiques. N’hésitez pas à me me laisser un petit mot (onglet contact)

1èreES : Cours 29
 

Les eaux usées.

Article mis en ligne le 8 mai 2007
dernière modification le 16 mai 2007

par Jean-Louis
Imprimer logo imprimer

Elles contiennent de la Matière Organique (M.O.) c’est à dire de grosses molécules formées des atomes CHONP et d’autres. Des particules (sables, argiles, limons). Des détergents. Des pesticides...

Dans la nature, il y a des phénomènes d’autoépuration : une transformation des substances organiques et des ions minéraux par des micororganismes qui les utilisent pour se déveloopper.
Le principe d l’épuration des effluents urbains améliore cette dégradation naturelle.

Le traitement par des boues activées

Concrètement, dans une station d’épuration, il y a d’abord un dégrillage, suivi d’un bassin de désablement. Puis un déshuilage, suivi d’un filtrage.

Ensuite une épuration par boues activées.
On a constaté que des agglomérats bactériens se forment lors de l’aération prolongée d’une eau résiduaire urbaine. La présence de bactéries est donc une donnée essentielle. Une fois la station mise ne service, on prend soin des bactéries : des eaux empoisonnées (par des pesticides par exemple) peuvent abimer la faune microbienne. Pour conserver la bonne quantité, on renvoie des boues activées de la fin de la chaîne de traitement vers le début.

Par décantation les agglomérats tombent au fond (en l’absence d’agitation).

Suivant les stations, cela peut se faire dans le même bac (mais alors il en faut plusieurs en parallèle) soit dans des bacs successifs.
On peut passer l’eau dans un bassin de décantation suivi d’un second traitement par boues activées ; Régulièrement les boues sont renvoyées plus haut dans la filière (au moins un partie en tête)
Le surplus des boues est utilisée la production de méthane (dans des fermenteurs ou digesteur, à 35°C), puis traitées pour épandage comme engrais organique.

le lagunage

Le lagunage est un procédé d’épuration naturelle qui a pour principe d’utiliser la végétation aquatique comme agent épurateur des eaux polluées. Les plantes aquatiques sont ici utilisées comme support aux colonies bactériennes, assurant l’épuration efficace de l’eau qui traverse lentement les colonies végétales installées.

Les éléments polluants comme les ions nitrates sont ainsi absorbés par les plantes pour restituer, en sortie de lagunage, une eau de bonne qualité.

Les premiers bassins sont des bassins à micro-organismes, où est dégradée la matière organique contenue dans les eaux usées.On trouve dans ces bassins un écosystème constitué de végétaux qui, par photosynthèse produisent de l’oxygène qui nourrit le phytoplancton qui à son tour nourrit le zooplancton.

Il peut être suivi ou remplacé par un filtre à roseaux :

L’eau transite ensuite dans des bassins moins profonds, à macrophytes (iris, roseaux, joncs...). Ceux-ci absorbent les éléments minéraux issus de la dégradation de la matière organique pour leur croissance.
Les phragmites (roseaux) sont le plus souvent utilisés. Il s’agit généralement de toutes les plantes que l’on trouve au bord des étangs et des lacs et qui ont la capacité à la fois de transformer la matière organique et de fixer les métaux lourds et produits dérivés des détergents. Si l’on y rejette uniquement les eaux grises, 1m2 par personne suffit, sinon, 10m2 sont conseillés. Les lentilles d’eau sont aussi efficaces pour l’épuration, de plus elles sont très riches en protéines (35 à 50% du poids sec) et constituent un bon aliment pour les animaux.

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.13