la cordonnerie
Slogan du site

Site de Jean-Louis Cordonnier. Vous y trouverez de nombreuses préparation de cours et de Travaux pratiques pour les Sciences de la vie et de la Terre en lycée, ainsi que des textes pédagogiques. N’hésitez pas à me me laisser un petit mot (onglet contact)

Pourquoi choisir Quantum GIS
Introduction aux SIG (systèmes d’information géographique)

Quantum GIS ; qgis ; esri shapefile ; fgis ; forest gis ; gvsig ; François Cordelier ;

Article mis en ligne le 11 octobre 2016
dernière modification le 18 octobre 2016

par Jean-Louis
Imprimer logo imprimer

Qu’est-ce qu’un SIG (système d’information géographique)

un sig manipule et montre des données géographiques.
Les données géographiques font correspondre un lieu avec des attributs. Un lieu géographiques peut être toute la surface ou bien des points, des lignes, des polygones.

Exemples :

- la surface du monde avec son altitude. Ce type de données s’appelle raster.
- Les villes (points) et leur populations. Les fleuves (lignes) et leur débit moyen. Les pays (polygones) et leur PIB/hab.

Les données

Les données peuvent être dans des fichiers (ou un groupe de fichiers) présent dans l’ordinateur ;
- les fichiers raster les plus fréquents ouverts par quantum GIS ont pour format :
tiff, grd (golden sofware grid), asc (format texte) ; bil/hdr ; adf
- les fichiers vecteurs les plus fréquents ; shp ; mif/mid ; csv correspondant à des points créés par un tableur

Les données peuvent aussi être sur un serveur internet ; il existe deux types de données de ce type : WMS et WFS

Enfin, elles peuvent être dans une base de données ; en particulier une base Postgis/Postgresql.

Les logiciels :

Il existe plusieurs types de logiciels permettant de traiter et d’afficher les données :

- Les bases de données nécessitent beaucoup d’apprentissage, ne montrent rien sous forme graphique, mais permettent des opérations très puissantes.
- Le logiciel Grass permet aussi de traiter des données grâce à un langage et des modules de calcul. On peut par exemple calculer l’exposition d’un versant montagneux à partir d’un Modèle Numérique de Terrain. (MNT) qui est un raster décrivant la topographie.
- Enfin certains logiciels montrent les résultats et effectuent des opération simples.

Je recommande Quantum GIS :

Il est
- gratuit ;
- opensource et GPL ;
- maintenu activement par une communauté de programmeurs (La version actuelle est QGIS 2.16.3 ’Nødebo’, sortie en 23.09.2016) ;
- il sert d’interface avec Grass et PostGIS/Postgresql ;
- il est intuitif et convivial ;
- il existe des versions Mac et Linux.

Télécharger la version Windows-standalone sur cette page ; pour les utilisateurs de Ubuntu, Kubntu et Xubuntu, qgis n’existe dans les dépôts officiel ; il faut ajouter le dépôt correspondant ; voir cette page)

Comme alternative payante et très puissante, ArcGIS. Voir leur site. Il y a une licence éducation (quel prix ?)

Parmi les logiciels gratuit et opensource, on peut utiliser gvsig (nécessite java) que je trouve moins intuitif.
Gratuit mais non opensource, Forestry Gis (fgis) (disponible uniquement pour windows et qui n’est plus maintenu depuis 2005) voir cette page de François Cordelier

On peut aussi utiliser Google Earth. Il est cependant difficile de maîtriser certaines données avec cet outils.

Voir
- Utiliser Google earth en Première S pour étudier la divergence sur cette page.
- Utiliser Google earth en Spécialité SVT pour la reconstitution des climats sur cette page.
- Utiliser les cartes en ligne géoréférencées du BRGM avec Google Earth sur cette page.

Exemple de manipulation

Après installation de qgis,
dans le menu :
couche // ajouter une couche vecteur // percourir
puis ouvrir un des fichiers obtenus à partir de la page Ressources pour les SIG

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.13